fbpx

Le palissandre, un bois d’exception

Avec son veinage nuancé de couleurs qui fait tout son charme et lui donne une allure très noble, le palissandre est un bois exotique qui invite au voyage. Très prisé des designers au début du siècle dernier jusque dans les années 60 et 70, l’utilisation de ce bois précieux est aujourd’hui fortement contrôlée. Les authentiques créations vintage en sont d’autant plus recherchées…

Communément appelé bois de rose, le palissandre regroupe différentes essences de bois tropical dont le très précieux Dalbergia issu des forêts du Brésil, d’Amérique, d’Inde et de Madagascar. L’espèce la plus recherchée de Dalbergia est le Dalbergia nigra connu en France sous le nom de Palissandre de Rio. Au Brésil, il est appelé Jacaranda de Bahia. Le palissandre de Santos, plus clair, est une autre essence de bois assez proche mais elle n’est pas du genre Dalbergia.

Dur, lourd, résistant à l’humidité, de couleur variant du brun clair au brun violacé, du rose au rouge soutenu, magnifiquement veiné… Ses qualités sur le plan mécanique et son esthétisme en ont fait un matériau très recherché. Dès le XIXe siècle, pour la fabrication d’instruments de musique puis progressivement pour concevoir des pièces de mobilier de haute facture.

Une source d’inspiration pour de nombreux designers

Enfilades, tables, bureaux, fauteuils, bibliothèques… Le bois de palissandre a ainsi été très prisé des designers des années 50, 60 et 70. Certaines pièces comme le Lounge Chair de Charles et Ray Eames (1956) ou encore le fauteuil Kilin (1973) du célèbre designer brésilien Sergio Rodrigues sont devenues des icônes du design vintage au succès jamais démenti. De la même manière, de nombreux designers scandinaves, en particulier danois, vont utiliser massivement le bois de palissandre pour fabriquer des meubles de rangement, des tables rondes ou des chaises. En Europe, de grands noms du design comme Pierre Paulin ou Ico Parisi succombent eux aussi à la noblesse du bois de palissandre qu’ils vont incorporer dans nombreuses de leurs créations.

Un bois précieux protégé

Victime de son succès, l’utilisation de ce bois précieux est aujourd’hui fortement contrôlée. Les palissandres de Rio et de Madagascar (Dalbergia de l’île de Madagascar) sont en effet protégés par la convention de Washington qui interdit leur commerce depuis respectivement 1992 et 2013. Ils sont donc devenus très rares aujourd’hui car seules les pièces antérieures à l’interdiction peuvent encore être vendues. Valeur sûre, les créations en palissandre de Rio des années 50, 60 et 70 sont très recherchées par les amateurs de design vintage.

Vous êtes vous aussi séduit ? Découvrez la sélection que vous propose Emmanuelle Vidal et succombez au charme de ce bois d’exception.