fbpx

Joseph André Motte

Joseph-André Motte (1925 – 2013) est architecte d’intérieur et l’une des grandes figures du design français des années 1950 et 1960. À l’École des arts appliqués à l’industrie (actuelle ENSAAMA), il suit les cours de René Gabriel, Louis Sognot et Albert Guénot, et sort major de promotion en 1948. Il obtient alors sa première collaboration avec l’atelier d’art du Bon Marché. Très vite, l’un de ses premiers modèles, le fauteuil Tripodes (1949) en hêtre et moelle de rotin tissée, le fait connaître. En 1954, avec Pierre Guariche et Michel Mortier, il fonde l’Atelier de recherche plastique (ARP) et rejoint également le Groupe 4 créé par Georges Charron, René-Jean Caillette, Geneviève Dangles et Alain Richard. Des années durant lesquelles, Joseph-André Motte débute une collaboration avec le célèbre éditeur Steiner. Il conçoit entre autres les mythiques fauteuils 740, 770 et 800, la chaise A6 ou encore l’enfilade Bahut. Des pièces intemporelles du chic à la française, élégantes et raffinées, qui revisitent le classicisme avec une touche de modernité. Dans le domaine des arts décoratifs, il fournira également dans les années 60 différents modèles de mobilier luxueux pour le Mobilier national. Sa brillante carrière se poursuit avec la commande de plusieurs aménagements publics d’envergure. Aéroports d’Orly Sud (1958 – 1961), de Roissy Charles de Gaulle (1974) et de Lyon Satolas (1975), gare maritime du Havre (1963/1964)… Et surtout, de 1973 à 1983, rénovation avec l’architecte Paul Andreu d’une centaine de stations du métro parisien dont il conçoit les sièges-coques encore visibles aujourd’hui. Ensemble, ils proposeront un nouveau style, dit Andreu-Motte, dominé par le blanc, notamment avec la présence des fameux carreaux biseautés. Un parcours riche en expériences que Joseph-André Motte partagera en enseignant également dans plusieurs établissements supérieurs tels que l’École nationale supérieure des arts décoratifs, Camondo ou encore l’École Boulle.

Voici le seul résultat