fbpx
FrançaisEnglish

Hameau des Baux : des salons vintages renouvelés chaque saison

Alliant confort et esthétisme, la décoration des salons de l’hôtel 5 étoiles a été pensée pour s’accorder avec des espaces au charme provençal authentique. Il fut décidé de conserver l’état originel des pièces, le sol en pierre, le parquet et les magnifiques poutres. Les murs, peints en noir et blanc, et des rideaux de la maison milanaise Dedar apportent une touche de modernité magnifiée par une sélection de mobilier des années 50, 60 et 70 qui évolue tous les ans dans ce cadre chaleureux et cosy.

Dans le grand salon, Emmanuelle Vidal a imaginé un lieu conçu pour répondre aux attentes de la clientèle, mêlant élégance et bien-être. La pièce maîtresse est l’un de ses coups de cœur : la banquette Modular de Georges Nelson éditée par Herman Miller en 1955. Elle est associée à une paire de commodes d’Ico Parisi qui encadre la porte fenêtre et à une enfilade de Florence Knoll des années 60 posée contre le mur. Leur style s’accorde à merveille avec des assises au design moderniste en fils d’acier chromé de Verner Panton, des fauteuils danois en teck et cuir d’origine de Grete Jalk ou encore des sièges cannés d’Hartmut Lomeyer

De part et d’autre de la cheminée, le petit salon mitoyen met à l’honneur le designer français Pierre Guariche dans une ambiance feutrée. Deux fauteuils SK 660 recouverts de tissu Kvadrat bleu nuit côtoient deux sièges G 10 édités par Airborne dans les années 50. Près du canapé, une paire de lampes 1970 diffusent une lumière intimiste et chaleureuse. 

Le mobilier évolue dans un turn-over régulier d’une année à l’autre. Dans cette atmosphère singulière, Emmanuelle Vidal a ici opté dans le grand salon pour un ensemble italien des années 50 composé d’un canapé et de deux fauteuils recouverts d’un velours de chez Elitis, proche du tissu d’origine, qui entourent une table basse en laiton et marbre de Paul Mc Cobb. Créer une belle osmose entre les pièces sélectionnées est primordial. Face à la porte fenêtre s’ouvrant sur la terrasse, une paire de fauteuils Boomerang de Peter Hvidt et une table 1960 en bois de rose, laiton et verre, s’invitent dans cet univers. Contre le mur, une imposante bibliothèque italienne des années 60 vient enrichir le décor.

Dans le petit salon, aménagé avec une élégante simplicité, une série de quatre chauffeuses des années 60 disposées face au canapé et une paire de tables en travertin de la même époque.